École : une culture d’apprentissage

Avec des événements tels Clair 2011 et Educon tenus récemment, l’édublogosphère et l’édutwittosphère (bref, mon réseau) foisonne ces jours-ci de réflexions articulées sur le devenir de l’école, de la technopédagogie, de la prise en charge professionnelle, du leadership scolaire et j’en passe.  À ce moment, je veux partager ici mes deux coups de cœur; un billet de Kristen Olsen et une vidéo TED Talks (avec sous-titres en français) de Kiran Bir Sethi et sa merveilleuse école Riverside en Inde.

Kristen Olsen soutient que même après plusieurs années, on n’a toujours pas de bon modèle illustrant ce qu’une école efficace devrait ressembler, de la perspective de l’apprenant. Apprenant qui inclut non seulement les élèves mais les enseignants, les administrateurs aussi (ce qui fut retweeté la fin de semaine dernière à Clair). Elle se lance donc ici en identifiant, outre le fait général que l’école soit centrée sur l’élève, certains attributs d’une highly effective “learning” school, comme elle le dit.

  1. Les adultes de l’établissement s’engagent passionnément envers l’apprentissage. Cette culture de l’apprentissage qu’ils ont se transfère directement aux élèves.
  2. Les leaders de l’école modélisent leur propre passion envers l’apprentissage, en parlant ouvertement, en ligne ou en présentiel de ce qu’ils apprennent, les erreurs de parcours et ce qui les emballe dans leur travail.
  3. On négocie le contenu. Le quoi, le comment avec un accent sur l’indépendance et l’interdépendance entre apprenants. La rigueur intellectuelle chez les élèves y est et l’école demeure imputable. C’est une imputabilité partagée et la culture dominante est autre qu’une culture de l’évaluation, qui prend alors un autre, et juste, sens et rôle.
  4. Vive la différence (cognitive, sociale, ethnique)! Tout le monde a une place, sa place. On parle alors de biodiversité pédagogique.
  5. Les pratiques sont publiques. L’isolement professionnel n’a plus sa place dans cet environnement.
  6. Les erreurs sont de la rétroaction. Apprendre, c’est développemental et ça exige de la pratique, de l’étude et de la persévérance. Se tromper et réessayer, c’est OK.
  7. À la direction d’école, on vise l’excellence. Il ne s’agit pas ici d’une compétition à être le 1er mais plutôt à viser haut afin que le personnel se donne au max.  On reconnaît l’apport de tel ou tel expert dans son équipe, qui saura aider les autres, au lieu d’avoir un milieu où chacun fait sa p’tite job au même niveau que les autres, sans trop déranger.

Ce qui me plaît à la lecture de ceci est que je suis convaincu que chacun des lecteurs ici a identifié dans sa tête tel ou tel individu ou groupe d’individus qui ont ces attributs et qui font une différence dans leur milieu respectif. Il faut les faire connaître, ils doivent devenir « contagieux » comme le dit si élégamment Kiran Bir Sethi dans cette vidéo (accordez-vous ici un 10 minutes et laissez-vous « contaminer ») :

Malgré tout, l’espoir reste vivant pour une école actualisée…

 

 

About these ads

One thought on “École : une culture d’apprentissage

  1. Ping : Tweets that mention École : une culture d’apprentissage | L'espace à Zecool -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s