Cinq caractéristiques de l’enseignante du 21e siècle

*Note : L’emploi du genre féminin dans ce texte n’a pour but que d’en alléger la lecture ;-)

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

(Image : François Guité – http://www.francoisguite.com/2006/08/qualites-dun-professeur-qui-motive-les-eleves/ )

On a souvent écrit au sujet de l’apprenante au 21e siècle, ce qu’elle devrait apprendre, ce qu’elle aura besoin pour une vie profitable à bien des égards. Évidemment, cette réécriture fondamentale d’un curriculum a un impact sur le rôle des enseignantes et profs. Voici une synthèse (en traduction libre) d’un article de Meris Stansbury, rédactrice au eschoolNews, qui présente cinq caractéristiques de l’enseignante du 21e siècle. La force de ce texte de Stansbury, c’est que les points qui y sont présentés le sont par le personnel éducatif dans des écoles. Ça nourrit l’espoir.

  1. L’enseignante anticipe l’avenir : Consciente de la nature changeante rapide des TIC et de la société, l’enseignante du 21e siècle revendique les changements systémiques afin de pouvoir offrir aux élèves une préparation pour le monde dans lequel ceux-ci vivront et travaillerons et non le monde actuel. Elle est une «penseure fluide», prête à voir au travers des circonstances actuelles pour y dégager l’essentiel et les patterns sous-jacents. Son premier défi est de viser l’éducation intégrée (sciences, société, technologie, environnement) ainsi que de maintenir l’intérêt des élèves.
  2. L’enseignante est une apprenante la vie durant : Flexible, ouverte au changement, voit l’erreur comme une occasion d’apprendre davantage, qui apprend de ses collègues et de ses élèves, capable de poser des questions ouvertes sans connaître LA bonne réponse, cette enseignante guide ses élèves à devenir «capitaines de leurs apprentissages».
  3. L’enseignante favorise la relation de qualité avec ses pairs : Plus que jamais, il importe de favoriser la communication entre enseignants, entre enseignants et élèves et entre élèves. L’enseignante modélise sa façon de communiquer en ligne, fait preuve de courtoisie et de respect : nos élèves ont besoin de voir comment interagir avec d’autres. Ceux-ci ont peut-être 500 amis sur Facebook mais savent-ils «être amis»? Les habiletés de relations interpersonnelles sont à développer dans nos classes, favorisant ainsi les élèves à devenir des contributeurs efficaces dans leur milieu de vie et de travail.
  4. L’enseignante peut enseigner et évaluer tous les niveaux d’apprenants, pas seulement la «tranche du milieu» : Elle doit d’abord et avant tout faire preuve des mêmes habilités pour le 21e siècle que nous visons auprès des élèves. Point.
  5. L’enseignante peut discerner entre des technologies performantes et non-performantes : Nos enfants aujourd’hui sont de loin ceux qui adoptent le plus rapidement les nouvelles TIC. L’enseignante devra pouvoir évaluer la pertinence pédagogique des technologies disponibles aux élèves, aux enseignants, à l’école et ailleurs.

Et vous, qu’en pensez-vous?

About these ads

4 réflexions sur “Cinq caractéristiques de l’enseignante du 21e siècle

  1. J’adore le 5e point : ce n’est pas parce que c’est techno que c’est bon ou performant… je pense ici aux portails dont s’équipent parfois certaines Commissions scolaires (équivalent québécois des Districts)… outil trop souvent hyper-sécurisé et surtout non convivial, donc presque inutilisable :-(

    • À quand les portails proposants des ressources aux jeunes ainsi qu’aux enseignants, des portails intelligents qui nous donne accès à ce dont on a besoin lorsque l’on en a besoin nous évitant toute la recherche et la perte de temps inutile ?
      Louis-Raphaël Tremblay d’Ellipse-Synergie a conçu ce portail !

  2. L’enseignante sait repérer un portable qui vibre et entends toujours la sonnerie pour ados après 40 ans, elle peut sans cesser d’écrire rattraper une paire de ciseaux lancée dans son dos, elle sait toiser un élève qui fait 2 fois sa taille, elle est hyper moderne ( a son ipad dans son sac) tout en expliquant qu’on va regarder un film de Bela Lugosi sans violence ni scène de sexe et qu’en plus ils vont aimer ça. .. Elle a récemment commencé une séquence de STI2D sur les éoliennes et a déjà prévu son podcast pour le prochain cours. ^^

  3. Excellent ! :)
    Et je suis d’accord avec Sylvain poiur le point 5 : gardons-nous de l’orthodoxie technophile ;)

    Un point supplémentaire ? -L’enseignante sait rendre clair à tous (y compris à elle-même) qu’apprendre est un état d’esprit, pas un héritage génétique ou socio-culturel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s