L’esprit de Clair 2012

Dans 72 heures environ, le monde francophone de l’éducation et de la technopédagogie aura les yeux tournés vers l’école de ce petit village du nord-ouest du Nouveau-Brunswick où se tiendra la 3e édition de la rencontre Clair 2012, Voir l’éducation autrement.

C’est un moment riche en réflexions, en échanges et en démonstrations d’innovations pédagogiques. On sent une effervescence sur les réseaux sociaux et ne soyez pas surpris que le backchannel Twitter de #clair2012 sera une tendance au Canada et en Francophonie. Pourquoi? Eh bien, parce des gens passionnés ont quelque chose à dire, tout simplement. Au-delà d’un portrait plutôt techno-centriste que certains observateurs ou médias pourraient peindre, c’est avant tout un moment où l’on parle des vraies choses, celles qui comptent en éducation : apprentissage, collaboration, communauté, passion, création… Et pas seulement des gens du primaire, mais aussi du secondaire, du postsecondaire (collégial et universitaire), du monde de l’entreprise privée, du gouvernement (municipal et provincial), les parents et la communauté.

On prend le temps de voir l’éducation autrement que celle qui reste calquée sur un modèle industriel dépassé et parsemée de contraintes systémiques; on ne parle pas de l’éducation de demain mais de celle d’aujourd’hui, en-deça de son tipping point, il est vrai, mais néanmoins source d’espoir que le monde de l’éducation peut et doit se transformer, un intervenant à la fois. C’est ce moment de l’année où je veux ramener à l’avant-scène ce que j’appelle l’éducation 3.0 : une expression qui dans ce cas-ci se réfère à ce continuum visant à 1. établir le rôle de l’enseignant comme un orchestrateur de création collaborative de connaissances, à 2. articuler et déployer des activités d’apprentissage ouvertes, flexibles, réseautées et axées sur la créativité de l’apprenant, à 3. établir des relations et des affiliations flexibles qui dépassent les murs de l’institution telle qu’on l’a connue, à 4. permettre à chaque apprenant d’avoir une grande autonomie envers son apprentissage et générateur de contenus et de ressources. [respiration]

Je constate également que ces réflexions touchent aussi d’autres secteurs d’activités, comme le milieu du travail, qui vit lui aussi des transformations : un milieu en réseau, moins hiérarchique pour favoriser le flux des idées et des connaissances, où les modèles traditionnels de la formation sont à revoir et où l’apprentissage informel et social n’est plus l’affaire de quelques individus «flyés»… On se questionne sur les processus d’entreprise qui favoriseront l’innovation, la coopétition et la créativité. Les apprenants dans nos écoles et collèges devront être outillés et habiletés à pouvoir prendre une place dans ce milieu. Traçons ces nouveaux sillons afin que l’apport à la société par ces adultes de demain soit ce qu’il y a de plus naturel et cohérent.

20120207-201720.jpg

Mais y’en aura pas de facile : la profession d’enseignant fait face, à mon avis, à ses plus grands défis, une métamorphose importante vers ce rôle d’orchestrateur, loin du moule de la formation initiale des maîtres qui caractérisent de façon générale les facultés d’éducation de ce monde. L’accompagnement demeure un facteur crucial pour amener l’enseignant à ce niveau de compétence inconsciente (i.e. voler par ses propres ailes) et il sera vital pour l’enseignant, tout comme pour la direction ou l’admin scolaire, de partager avec ses pairs ses réalisations et ses défis via son blogue, par exemple; une sorte de métacognition collaborative. On a besoin de lire davantage à ce sujet, de s’en inspirer, d’appuyer, d’étendre son réseau d’apprentissage professionnel/personnel, bref, de sortir de son isolement, car l’isolement professionnel demeure l’ennemi du changement organisationnel.

Ce sont des événements comme Clair 2012 qui contribuent à faire évoluer le paradigme moderne de l’enseignement et de l’apprentissage et le rapprocher de son point de bascule. J’invite donc les gens à échanger, à tweeter, à bloguer, à partager et à débattre. Je me fais un point d’honneur de tenter de rencontrer chacun des participants. Au plaisir de vous croiser, en personne ou en ligne.

8 thoughts on “L’esprit de Clair 2012

  1. Comme à chaque année, j’y serai!

    Cette année, je n’ai pas d’étudiants avec moi. J’ai plutôt invité des collègues suisses qui présenteront des affiches.

    Au plaisir de t’y rencontrer et de travailler ensemble à l’avènement de l’éducation 3.0.

  2. Bien dit encore une fois. Il faut garder le cap et persévérer.

    Quand je parle de tout cela en Afrique francophone, au Costa Rica ou ailleurs dans le monde en développement où j’interviens aujourd’hui, les gens sont plus disposés à embarquer que dans nos systèmes éducatifs d’enfants gâtés… mais ils disent ne pas avoir les moyens d’y parvenir.

    Sans le savoir, ils ont déjà franchi le premier et plus important obstacle. Ils reconnaissent la nécessité du changement de paradigme.

    Devrions-nous leur basculer nos appareils et technologies trop souvent sous ou mal utilisés? Ils pourraient en faire un bon usage eux.

    • Le fait que les pays émergents soient plus réceptifs à l’innovation pédagogique -et plus innovants, Cf. « Hole in the wall »- est peu étonnant : penser hors de la boite est toujours plus facile… quand on n’a pas de boite au départ ;)
      Notre défi à nous, c’est plusieurs siècles d’éducation. Notre problème psychologique majeur (et universel), c’est l’aversion au risque. On préfère continuer avec un système qui marche à la va-comme-j’te-pousse plutôt que de courir le risque d’une innovation « qui n’a pas fait ses preuves ». Et quand on dit « preuve », on veut dire « preuve sociale » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Preuve_sociale ). On se retrouve alors dans un problème circulaire face au changement.

      De mon côté, quand je parle de changement en éducation, je n’essaie pas (plus) de convaincre, mais d’inspirer. L’innovation éducative dans nos pays, ce sera un « leap of faith ».

  3. Ping : Oui, faire l’éducation autrement! « L'espace à Zecool

  4. Ping : Synthèse 2012 : la vraie destination, c’est le voyage. « L'espace à Zecool

  5. Ping : Remettre l’école à qui de droit | L'espace à Zecool

  6. Ping : La technopédagogie : pas juste une destination, mais un voyage | L'espace à Zecool

  7. Ping : L'esprit de Clair 2012 | E-Learning-Inclusivo (...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s