Les vraies raisons

Je suis en route vers Montréal où j’aurai le plaisir et le privilège d’assister ce soir à la conférence TEDxWB (Wilfrid-Bastien), première conférence TED en français portant sur l’éducation. Une occasion de célébrer l’éducation avec plein de gens de son réseau, certains qu’on va croiser IRL pour la première fois, tout en écoutant une brochette d’éducateurs chevronnés qui susciteront une réflexion pour nous permettre de continuer. Après Clair 2012, c’est une autre charge d’énergie et d’engouement qui nous est donnée afin de poursuivre une mission de faire l’éducation autrement.

Je prends un moment ici pour me rappeler le sens et la vraie raison de cette mission. Les technopédagogues, entre autres, voient émerger de multiples outils, applications et scénarios de livraison pratiquement à tous les jours. Trop souvent, on présente ces ‘nouveautés’ qui vont ‘révolutionner l’éducation’. Yeah right! Un moment SVP. A-t-on convenu, collectivement, de quoi il s’agit vraiment ici? Il convient de se le rappeler et cet extrait intercepté ce matin grâce à un tweet de Bernard Desclaux (@BDesclaux) le fait bien :

« Despite claims to the contrary, the iPad has not and will not transform education, because true transformation in teaching comes only by examining our teaching philosophy, testing our beliefs about how people learn and adjusting our methods in response. But, that doesn’t mean that the iPad can’t help with that process ».

« So again, it’s what you do with the device, not the device itself. Tablets are no doubt the next rung on the computing evolutionary ladder. But ultimately, for education, the pedagogy is still the thing ».

Plaçons ce principe bien à l’avant-scène de nos efforts et de nos initiatives. Les conférenciers de ce soir ne manqueront sûrement pas de nous le rappeler!

About these ads

One thought on “Les vraies raisons

  1. Je suis parfaitement d’accord avec toi. En éducation comme en affaires, le succès dépend, et dans cet ordre chronologique, d’un GPS (Gens, Processus et Systèmes) bien équilibré. L’inversion de la séquence d’analyse et d’intervention GPS pour résoudre un problème se termine généralement par un constat d’échec.

    En éducation, le G est constitué des savoirs, des habitudes, de la culture et des valeur des apprenants d’abord, de leurs parents, des enseignants et de l’administration des institutions scolaires.

    Le P correspond aux processus de recherche et de qualification, d’acquisition, d’intégration et d’évaluation des savoirs disponibles physiquement autour des apprenants et numériquement dans l’Internet. Le déclenchement de ce processus ne devrait pas être imposé par le pédagogue, mais initié par les apprenants

    Enfin, le S ne réside pas uniquement dans l’outil entre les mains des apprenants et/ou des enseignants, mais de tous les systèmes environnants (numériques ou non) permettant d’acquérir et de maîtriser de nouveaux savoirs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s