Réflexions sur l’évaluation, le plagiat et autres

photo credit

Attribution Creative commons

****************

Le Colloque 2012 du REFAD, Évaluation sur le web et intégrité des étudiants, se poursuit jeudi et vendredi (3-4 mai). Réunissant surtout des intervenants francophones en formation à distance, tous paliers confondus, c’est une occasion de partage sur les pratiques émergentes, les témoignages d’apprenants à distance et d’enseignants et chercheurs dans le domaine. Après une intervention remarquée de Denys Lamontagne de Thot Cursus, avec qui j’ai eu le plaisir de jaser un peu par la suite de… physique quantique (!), c’est une étude bien relevée de Lucie Audet, portant sur les pratiques et défis de l’évaluation en ligne, qui a nourri la discussion/réflexion pour la journée. Dommage que le fil Twitter reste peu fréquenté, hormis quelques irréductibles gaulois qu’il fut bon de revoir/rencontrer…

Demain, je participe en après-midi (en avant-conclusion) à une table ronde où ma foi, j’ai eu pas mal de difficulté à établir quel serait mon propos. Je décide donc de partager des réflexions de cette première journée, auxquelles j’ajoute mon regard sur d’autres éléments qui n’ont pas (peu) été soulevés : le cas du «pourrisseur du web», le besoin de formation/démystification/sensibilisation chez enseignants, le concept même du plagiat à l’ère numérique…

Juste comme cela, voici mon 2 cennes…

Mise à jour 7 mai : 

Ma présentation peut être entendue et visionnée ici, à compter de 4:54:00.

Merci au REFAD pour ce bon colloque où les discussions de fond et les bonnes rencontres étaient présentes. Je sens sincèrement que le véritable questionnement technopédagogique est en train de se faire. Au-delà de la démystification, il faudra accompagner, partager, ajuster, et rester en veille.

One thought on “Réflexions sur l’évaluation, le plagiat et autres

  1. Excellent, Jacques ! Ton Prezi est extrêmement clair ! J’aimerais bien être dans la salle pour jauger la réaction du public (j’espère que tu nous en rendras compte dans un prochain billet…).
    Cela fait un bon moment que je me suis penchée moi-même sur le "problème du plagiat" (voir http://owni.fr/2010/07/28/le-plagiat-dans-la-culture-du-partage/). Le plagiat aura sa place à l’école tant que celle-ci promouvra une culture de la copie, de la réponse normée, et d’évitement de l’erreur.
    A cela, il faut ajouter, comme tu le fais très justement, la nouvelle donne culturelle qu’est Internet : le Web permet la diffusion illimitée des connaissances et des créations (musiques, images) –et par là-même leur appropriation par tous. La culture du remix, que les maisons de disques s’acharnent à vouloir taxer de plagiaire, est pourtant l’achétype de ce que l’humain fait depuis toujours : construire la nouveauté sur l’existant. Un ‘tit exemple musical pour en attester :
    Purcell (Air du génie du froid, King Arthur, acte III) http://www.youtube.com/watch?v=t7WehY5vTl4&feature=fvwrel
    Vivaldo (Concerto grosso in G minor) http://www.youtube.com/watch?v=71Rhuh2TSR8

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s