Carnets publiés vs rédactions lues

Vendredi dernier, j’étais invité à me joindre en mode synchrone (via Interwise) au groupe de Carole (Étude des médias), constitué d’élèves de plusieurs écoles suivant un de nos cours en ligne au secondaire. Sujet : le phénomène médiatique des blogues.

Déjà, des élèves ont indiqué qu’ils avaient déjà un blogue, souvent en deux versions, publique et privée. On a aussi tôt fait de se demander ce qu’il adviendra de ce phénomène si la convergence des médias, des outils web et autres visées homogénéïsantes se poursuit; liberté d’expression réduite, etc. En tout cas, si cela devait évoluer en ce sens (ce que j’estime peu probable étant donné la nature même du cybercarnet), on délaissera pour autre chose, et hop!

On s’est aussi demandé quel est l’ampleur du phénomène des cybercarnets. À ce titre, Will Richardson écrit ce billet qui offre un «ordre de grandeur» impressionnant :

«Say what you will about the quality of the 1,055,114,644 pieces of writing that Technorati is tracking on the 8,950,672 Weblogs they are watching, that’s a boatload of content. How much of it is really worthwhile? Depends on your standards and interests I guess, and I know a lot of them are simply links. But I think anyone who reads blogs regularly knows that there is a lot of really great original thinking and valuable information being published these days by people who just a couple of years ago never would have been able to enter the discussion. I find it to be an amazing statistic and an inspiring turn of events.

I have no clue what the statistics actually are, but the trends are clear. The ratio of readers to writers on the web is getting smaller. More people are getting it, realizing that the barriers to entry have dropped, and that it doesn’t matter as much if you know how to put words together in coherent sentences, you can « write » and share your ideas in many new ways. And that most likely, those ideas will find an audience. It’s powerful stuff.»

En d’autres mots, ce médium offre tout un potentiel de lecture.

«As of 2003, about 61 million kids were out there creating content in public schools. If my assumptions hold up and each student creates about 18 pieces of publishable content per year, one every two weeks, that’s 1,098,000,000 artifacts that our kids could be contributing to our knowledge base each year»

Et son «punch» :

«We have to stop seeing our kids as consumers and start supporting them as creators that can all contribute meaningfully to our collective body of knowledge. And we have to give every kid access to the tools to do so. I know there are many things that we have to make sure they know, and many literacies that we have to help them master. But any more, not to find 18 or 10 or even 5 quality things that each of our students creates in the course of a school year and not share them with the world does us all a disservice.»

J’invite les élèves de la classe de Carole à commenter.

Bonne semaine!

Publicités

2 commentaires

  1. Je ne peux pas imaginer ce que ma vie pourrait être aujourd’hui si jamais j’avais eu l’opportunité d’écrire, d’exprimer mes pensées et opinions, de composer, comme nos adolescents et jeunes adultes connaissent à présent, lorsque ma jeunesse fleurissait.J’essaie, malgré la carence de temps, de profiter quelque peu des moyens à ma portée.Il faut que nous tous encourageons ces nouvelles générations à s’exprimer par écrit, seule chose qui restera lorsqu’elles seront rendues là où nous sommes.Il y a beaucoup de talent malheureusement caché chez nos jeunes, beaucoup, beaucoup de talent! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s