Écrire ou ne pas écrire…

Quelle belle découverte ce matin via ce billet de Mario. Un billet d’André Chartrand, qui se pose des questions sur sa pratique carnetière. Les commentaires ensuite de Pierre Lachance et de François Guité. Je n’ai pas pu m’empêcher d’ajouter :

« En effet, monsieur Lachance,  » les billets ont été une partie de ma réflexion, un des outils utilisés pour me faire une tête, et non pas toute la réflexion. » Que c’est bien dit. Comme le poète qui griffonne quelques notes dans son calepin au café du coin, le journaliste qui ajoute des phrases dans son dictaphone, et quoi encore. Personnellement, je peux passer des semaines sans écrire un billet et ça ne me dérange point. (D’ailleurs, je laisse ce commentaire 10 jours après celui de François; il n’y a pas de date de péremption dans la carnetosphère). D’autres moments, c’est une émotion/idée « viscérale » qui me pousse à écrire. La retenue que je m’impose ne m’empêche pas, je crois, de faire passer des idées. L’épisode du banissement des Têtes-à-claques dans les écoles en est un bon exemple. Aussi, je me dis que je ne serai jamais du niveau des Seimens, Downes, Richardson, Guité et Asselin; mais de pouvoir les lire/relire régulièrement, j’ai besoin de ça pour apprendre. C’est mon réseau. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s