Je n’apprends pas sur une île déserte

Harold Jarche nous offre un billet fort pertinent au sujet du processus interne/externe de l’apprentissage (PKM – Personnal Knowledge Management) :

« Learning is an individual activity that often happens with and is supported by others. We may learn on our own but usually not by ourselves. Unless we live on a desert island, we learn socially. »

Avant de tenter une traduction fidèle aux idées de l’auteur, je tiens à dire que Jarche a décrit, de façon claire, simple et visuelle, un processus que tout éducateur devrait considérer dans l’actualisation de son référentiel pédagogique, pour une intégration judicieuse des TIC supportant la dynamique apprentissage/enseignement. C’est aussi, selon moi, un très bon plaidoyer pour la place du Web participatif en éducation (en rappel : ce billet de Mario). Ainsi, on pourrait surmonter la perception erronée et réductrice que Web 2.0 = Facebook…

*****************************************************

« Apprendre est une activité individuelle qui souvent se réalise et qui est appuyée par d’autres. On peut apprendre seul mais pas par soi-même. À moins de vivre sur une île déserte, nous apprenons socialement. En voulant donner un sens sur la nature croissante et changeante de la connaissance dans nos champs professionnels respectifs (ex. Pluton n’est plus une planète), je vois deux processus parallèles qui s’appuient mutuellement; le premier, avec un focus interne (« Comment j’apprends ceci? ») et l’autre, externe (« Avec qui puis-je apprendre ceci? »).

De façon interne, nous suivons un processus qui consiste à examiner des parcelles d’information dans le but d’en dégager un sens, en les ajoutant à nos connaissances existantes ou en essayant de nouveaux modèles (patterns) lors de nos efforts pour y donner du sens. Le processus que j’ai développé personnellement consiste à :

  • Trier
  • Catégoriser
  • Expliciter, et
  • Ressortir/Afficher

J’ai appelé ceci mon système Personal Knowledge Management (PKM), un terme qui ne m’appartient pas et qui s’appuie sur le travail de bien d’autres.

Il y a également trois types d’activités avec un focus externe que je considère complémentaires à un apprentissage interne; Connecter, échanger et contribuer.

Ces activités internes et externes permettent de passer de la connaissance implicite à la connaissance explicite; en observant, en réfléchissant et en soumettant nos idées, voire nos idées embryonnaires, vers notre « communauté ».

**************************************

Personnellement (c’est Jacques qui écrit maintenant), je m’identifie beaucoup à ce « système » de gestion des savoirs. Mon interaction avec ce qu’il y a à apprendre, ce qui me fascine, ce qui me fait questionner, réfléchir, choquer, sourire, ce que je veux partager avec d’autres (tel ce billet), commence souvent le matin quand j’allume mon ordi et hop! un p’tit tour du côté de mon compte Bloglines. Je que je lis, ce que j’en fais, est déterminant de mes apprentissages, mais assurément les TIC sont un véhicule essentiel pour y arriver. J’en avais déjà parlé ici.

Le document Personally Managing Your Knowledge, de 5 pages en format PDF, est disponible ici, sous la licence CreativeCommons suivante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s