Culture au Canada : Handle with care

À mon tour d’ajouter mon p’tit grain de sel au débat entourant la diffusion du clip vidéo Culture en péril. Était-ce une action « politique » ou non? Y a-t-il ou non réelle chicane anglo-franco? Ces questions et d’autres nourrissent les médias de toutes formes cette semaine et a propulsé, au grand plaisir ou déplaisir (choisissez votre camp) de plusieurs, la question des coupures dans le domaine culturel à l’avant-scène politique canadienne (du moins, franco-canadienne). Les quelques phrases ci-dessous sont extraites d’un échange de courriels avec des amis et collègues enseignants francophones de la région de Moncton. Personnellement, j’aurais voulu lire/voir cette discussion dans un médium plus ouvert que le courriel, genre blog, Twitter ou autre outil social, question d’élargir le débat. Néanmoins, cette discussion des plus trippatives que j’ai eues avec eux m’amène aux réflexions suivantes :

 
 

– Depuis fort, fort longtemps, les artistes ont été les chiens de garde de la société, les baromètres. Ils décrient l’injustice sociale bien avant les Rivard, Brière et Rousseau dudit clip.  Que ce soit en Afrique du Sud, en Amérique du Sud, au Québec dans les années 70, en France (de Jean Ferat à MC Solar, en passant par Renaud), en ex URSS ou le bloc de l’Est.  Même aux É.-U. (re. Dixie Chicks et autres). La Renaissance n’en est-elle pas une manifestation éloquente? De la Revue acadienne des deux dernières années, du Bye-bye de fin d’année en passant par This Hour Has 22 Minutes jusqu’au clip Culture en péril : oui, les artistes « profitent » (au sens le plus positif) de cette tribune particulière qui est la leur afin de « dire tout haut ce que bien des gens pensent tout bas ».  Et c’est tant mieux!  On a besoin d’eux, comme eux ont besoin de nous; une sorte de symbiose sociale où les deux en bénéficient. C’est ça que Harper refuse de voir. Donc, des clips de ce genre, bien construits (et au fond, très intelligents), moi je dis oui (et se dilater la rate à l’occasion, c’est bon pour le moral…).  Il continuera d’y avoir une dimension politique, à des degrés divers, selon le cas. Les deux (politique, arts) sont en quelque sorte intimement liés.

 
 

– Est-ce un affrontement linguistique?  Selon moi, pas certain que ce soit un « affrontement » dans un sens confrontationnel du terme.  Pour avoir côtoyé et travaillé avec des Acadiens d’ici, des Québécois, des Ontariens, des Albertains ainsi que d’autres de partout au pays, je persiste à croire que c’est une sorte de « No Man’s Land » entre trop de francos et d’anglos (pas tous, il est vrai) qui ne parlent pas l’autre langue.  Cette incompréhension de l’autre est, dans les pires cas, manifestée par une sorte de refus ou d’un manque de bonne volonté à comprendre ce que l’autre dit.  » Wha? What’s he saying? Sorry I don’t speak French, do you speak English? »  Ou  « Qossé qui dit là? », jusqu’aux réactions d’incompris telles que parodiées dans le clip (Phoque!!!). Les Tim Horton’s à Moncton, ça vous dit quelque chose?? Croyez-moi, il y a des Albertains qui en savent bien plus sur la culture chinoise que sur la culture « franco-canadienne » et qui pensent que « Anything east of Montreal just falls into the sea… » Et amis québécois, je vous le dis : je ne fais PAS partie du ROC!

 
 

On est sur des planètes différentes, ou sur des fréquences différentes; Trudeau doit se retourner dans sa tombe.  Même si souvent, on partage les mêmes préoccupations (ex. environnement, qualité de l’éducation, soins de santé, etc.), on n’entend absolument pas la discussion qui se passe de l’autre côté.  Quel dommage.  J’apprécie beaucoup les chroniqueurs de certains journaux (ex. Chantal Hébert, Jeffrey Simpson, etc.) qui écrivent au sujet de l’un dans la langue de l’autre. COM-MU-NI-CA-TION et DI-A-LO-GUE.  Tiens, s’écrivent pareil dans les deux langues.  Fierté de qui l’on est (« Prenez garde à vous autres », chante Roland et Johnny) ET (pas mais,… ET) ouverture sur le monde.

 
 

Bon, là je m’en retourne écouter Grand corps malade et son merveilleux slam, suivi des ‘Chili Peppers que mon fils m’a fait découvrir.

 
 

Soyez fiers de quisse vous êtes et prenez garde à vous autres!

Advertisements

3 commentaires

  1. Salut Jacques. Selon moi, la vidéo avec Rivard et compagnie est plus politique que culturelle. Il y a une chose qu’on oublie dans le dossier des coupures dans la culture – les artistes anglophones sont aussi frustrés et insultés que les artistes francophones. Cette coupure en est une qui démontre que Harper est de droite, plus ouvert à des discours « économiques » que « culturels ». Cette coupure ne démontre pas que Harper en a contre les francophones… Évidemment, ça, il l’a déjà prouvé! Qu’on parle de sa coupure du Programme de contestations judiciaires, de son attitude face à la région acadienne (quelque part entre le « je m’en fout » et le « sont donc tanants »!!!), le remplacement du juge Bastarache par un anglophone (quoique bilingue et apparement pas anti-franco pour 5 cennes)… Je suis outré tout autant que bien des gens par les coupures et l’attitude de Stephen Harper et de son gouvernement qui cherche à nous faire reculer en matière de culture, de diversité, d’ouverture, d’innovation… Et j’ai trouvé très drôle, très réussie, la vidéo. MAIS, je ne suis pas convaincu qu’elle atteigne la cible. Harper a fait suffisament de bourdes pour nous munir à partir en guerre contre lui – mais il ne faudrait pas fausser le débat… Ce n’est là, évidemment, que mon humble opinion (éclairée par d’autres écrits…).

  2. « Every budding dictatorship begins by muzzling the artists, because they’re a mouthy lot and they don’t line up and salute very easily »Margaret Atwoodhttp://www.theglobeandmail.com/servlet/story/RTGAM.20080924.wcoarts25/EmailBNStory/politics/home

  3. Je suis d’accord avec toi Yves que les anglophones et les francophones du Canada vont tous écoper des compressions culturelles du gouvernement Harper. D’ailleurs, CBC Radio-One en discutait l’impact il y a quelques jours lors d’une tribune et le point qui m’a le plus rejoint est celui du role que culture au sein de communautés minoritaires. Les modèles de la construction identitaire sont d’accords à dire que la musique, la littérature, le théatre, le cinéma et la télévision sont des outils essentiels dans la promotion de la culture et le développement de la construction identitaire chez les groupes minoritaires mais les franco-canadiens risquent de souffrir davantage que la majorité anglophone. Il est vrai que tous les artistes seront affectés par les compressions des budgets culturels, mais la francophonie canadienne souffrira davantage si leurs modèles sont victimes des politiques Harperiennes. C’est là où repose ma plus grande préoccupation avec la direction que prend ce gouvernement – les anglophones auront toujours la culture américaine comme « back-up » (ce qui fait surement l’affaire de M. Harper, le PM le plus pro-américain depuis Mulroney), tandis que les francophones perderont un de leurs acquis les plus importants afin de promouvoir leur culture. Le clip sucite de vives réactions auprès des francophones, mais pour la majorité anglophone, contrairement à la minorité francophone, la promotion de la culture n’est pas essentielle afin de protéger leur identité. C’est pour cette raison que l’économie, la pierre angulaire de la plate-forme électorale de Harper, contrera l’impact de la culture (et la campagne des artistes) dans cette élection. C’est dommage, voire tragique, mais c’est la réalité d’un groupe minoritaire qui est au prises avec un gouvernement de la (j’oserais même dire extrême) droite.Ce sont mes deux « cennes »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s