Faire la classe en ligne

Ouf! 25 jours sans billet, je crois que c’est mon record d’inactivité bloguienne 😦

Maaaaais, ça prend parfois de ‘bonnes’ nouvelles pour s’y remettre. Et en plus, le soleil est radieux ce matin 🙂

Il y a quelques semaines passées, je répondais aux questions de Martine Rioux, rédactrice en chef de l’Infobourg, de l’Agence de presse pédagogique (APP), au sujet du dossier des cours en ligne au NB francophone. Résultat : un article paru ce matin, qui termine une semaine « Spécial Nouveau-Brunswick » (autres articles listés à la fin de ce billet).

Je me permets de ressortir quelques éléments-clés :

« Chacune de nos décisions est prise en fonction des apprenants, afin d’offrir à nos jeunes une équité d’accès à tous les cours, peu importe la grandeur de l’école qu’ils fréquentent ».

Étant donné la ruralité de notre province, ceci est un principe sine qua non. Cette équité d’accès est et sera notre gage de succès.

Quatre facteurs viennent expliquer le succès des cours en ligne au Nouveau-Brunswick :

  • Connectivité : Toutes les écoles de la province sont branchées à Internet haute vitesse.
  • Partenariat : Le développement des cours en ligne se fait grâce à un partenariat entre le ministère de l’Éducation du Nouveau-Brunswick et l’équipe du Groupe des technologies d’apprentissage de la Direction générale des technologies de l’Université de Moncton.
  • Conception pédagogique : La conception et le développement des cours sont continuellement placés sous le signe de l’innovation pédagogique. C’est le « osez rêver » que nous avons mentionné plus haut.
  • Participation : L’enseignant qui donne le cours est à distance, mais il est soutenu par des « facilitateurs locaux » qui encouragent les élèves à s’engager pleinement dans leur apprentissage. De plus en plus, les gens des communautés sont également invités à participer.

« Avec les cours à distance, on dirait parfois que le lien qui se créé entre élèves et enseignant est encore plus fort que dans le face à face. C’est épatant. »

C’est vrai, j’ai dit cela. Et j’y crois. J’espère toutefois que les enseignants en face-à-face n’interpréteront pas cette phrase de travers. Ce que je soutiens dans cette phrase, c’est que les technologies d’apprentissage offrent un potentiel tout à fait impressionnant, mais c’est une lame à double tranchant : elles ‘amplifient’ la situation. Donc, avec une enseignante hors paire, qui aime les jeunes, qui est passionnée par le sujet à l’étude et qui sait créer des liens solides et durables, l’environnement en ligne dans lequel elle enseigne va amplifier cet état big time! Mais l’inverse est vrai aussi. Il en revient donc à dire que tout ceci demeure une aventure humaine et qu’au fond, c’est la créativité des acteurs qui fait la différence… tout au nom de l’apprentissage.

*******************************************

Voici les autres sujets abordés dans Infobourg cette semaine :

Sur ce, bonne Hallowe’en et attention aux p’tits goblins sur la rue!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s