L’évaluation : un art, une science et beaucoup de créativité

Ce matin, je croise le billet de Bernard Manzerolle qui nous présente deux initiatives intéressantes impliquant des outils technologiques en évaluation des apprentissages; des manettes Senteo et l’environnement numérique d’apprentissage Desire2Learn (D2L).  À priori, je reste froid aux manettes, notamment quand je lis quelque chose comme ceci : « They have altered, perhaps irrevocably, the nap schedules of anyone who might have hoped to catch a few winks in the back row. »

Incroyable!!

Il n’y a pas nécessairement de mauvaises technologies pour l’apprentissage, mais il peut y avoir de la mauvaise pédagogie qui s’y associe…

Toutefois, je reste convaincu qu’on pourra me convaincre de façon convaincante qu’un tel outil PEUT être bénéfique à l’apprentissage. Convince me!

Pour ce qui est de D2L, c’est du terrain connu, ayant travaillé au dossier des cours en ligne pour plusieurs années. Aujourd’hui, je suis emballé de voir les nouvelles initiatives dans ce dossier ainsi que les usages multiples d’une plateforme comme D2L qui vont bien au-delà des cours livrés à distance : classes hybrides, évaluation formative et diagnostique, auto-évaluation, portfolio électronique, formation des enseignants, etc.  La valeur pédagogique de D2L en évaluation formative m’impressionne, en particulier.  Pour ce qui est de l’évaluation sommative et ce, à plus grande échelle, c’est là où je me concentre ces temps-ci (parmi d’autres dossiers) :  je travaille présentement à une mise à l’essai d’une évaluation provinciale en ligne, sommative celle-ci, en français 8e année, lecture et écriture (mai 2011). D2L sera notre véhicule. Pour y arriver il faut regarder de très près COMMENT 1. respecter les conditions d’administration pour une épreuve provinciale et 2. procéder à une correction équitable, efficiente et efficace. Des tutoriels, des webinaires et autres suivis sont prévus afin « d’installer » les élèves, d’une part, et les correcteurs, d’autre part, dans ce nouveau mode.

En attendant, j’essaie de capter tout ce qui peut se faire par rapport à l’évaluation, formative ou sommative, au moyen des outils technologiques. Je constate une chose (et ce, depuis même AVANT l’arrivée des TIC…) : en évaluation des apprentissages, la clé demeure le questionnement. C’est un ART que de proposer à l’élève une tâche, un défi cognitif, une question ralliant habiletés et connaissances, tout en respectant la SCIENCE de la docimologie. La CRÉATIVITÉ pédagogique prend toute sa place ici.

Mise à jour : J’attire votre attention sur ce billet venant du blog de la NASSP. (Merci @manzerbe). En somme —- « Whiteboards don’t engage students. Teachers engage students! « 


Publicités

Un commentaire

  1. J’adore entendre parler de D2L! Je suis très contente de lire que des tutoriels et des Webinaires sont prévus pour les évaluateurs. C’est vrai que D2L n’est pas évident à utiliser surtout à sa pleine capacité. Selon moi, D2L est l’outil le plus vibrant dans le moment. Je crois sincèrement que nous pouvons mieux appliquer la pédagogie et mieux évaluer. Je crois que nous pouvons être mieux organisé et plus efficace et de plus je crois qu’il sauve énormément de temps à l’enseignant. Pour l’élève, l’organisation, le respect du rythme d’apprentissage, les défis, les ressources, le renforcement immédiat entre autres le place au centre de ses apprentissages. C’est donc pourquoi je dis encore qu’il vaut l’effort de l’apprendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s