De retour de Clair 2011

Deux journées et demi de rencontres entre gens réseautés et réseautables, de discussions entre passionnés et passionnants, de témoignages et manifestations d’apprentissage par des élèves sûrs d’eux, d’une fierté palpable d’une petite communauté en nombre mais ô! combien grande en chaleur humaine, de cogitations trippatives lancées par des penseurs et des chercheurs de grand calibre et enfin, une sorte d’espoir collectif envers une école autre, transformée, actualisée et ce, pour les bonnes raisons; voilà, voilà ce que je ressens en ce dimanche matin ensoleillé et paisible.

(respiration)

La twittosphère éducative francophone aura été témoin d’une grande fébrilité depuis jeudi. D’ailleurs, pour que #Clair2011 côtoie #égypte et #JustinBeiber en termes de sujets les plus populaires sur Twitter, il y a de quoi!  Mais au-delà du bruit, il y a surtout des mots et des idées qui résonnent. En dehors et en dedans; «Voir l’école autrement» est un thème qui invite d’abord à une introspection par chacun. J’ai ressenti que cette réflexion personnelle chez les gens a lieu et qu’il s’en dégage une sorte de vouloir collectif de passer du voir au faire. La clairation, une sorte de We, the undersigned pour le monde de l’éducation veut, à mon avis, étaler haut et fort ce qui se dit et qui se pense chez un nombre croissant d’intervenants qui, au fond, ne veulent qu’une chose, la meilleure école possible pour nos enfants afin qu’ils et elles puissent faire de ce monde un monde meilleur.

Évidemment, la place des technologies d’apprentissage, des outils du web participatif et d’une panoplie sans cesse grandissante de bidules et d’applications cool peut paraître, pour le profane qui assiste de loin, comme étant LA raison de ce rassemblement – une sorte d’expo technologique –  mais c’est plutôt un focus sur l’apprenant, qu’il soit élève, enseignant ou partenaire, qui prime. D’ailleurs, l’absence de kiosques à caractère mercantile regroupant des compagnies de logiciels et autres technologies réitère que le but premier à Clair 2011 est de parler APPRENTISSAGE.

Et là? La suite? Ce matin, je me sentais un peu comme ces poissons d’aquarium du film Trouver Némo, qui enfin se retrouvent libres dans la baie de Sydney (dernière scène du film) et il y en a un qui dit : «Qu’est-ce qu’on fait maintenant? »… 🙂 ? Chacun retourne chez soi avec de quoi nourrir sa réflexion en continu et énergiser ses actions au quotidien. Force est de reconnaître qu’il faut du temps et des efforts afin que s’effectue une transformation qu’on souhaite immédiate mais qui nécessite beaucoup, beaucoup d’efforts, d’alliances, de réseautage, de collaboration, de planification, d’explicitation, de marketing social, d’accompagnement et de mesure du progrès. Comme quelqu’un l’a souligné, il faut viser le développement durable de l’éducation et non l’extrémisme écologique. Je suis de ceux qui croient que cette entreprise humaine, cette toile humaine, va y arriver (mais «y arrive-t-on vraiment un jour»?) et qu’on y aura donné notre 2 cennes avec satisfaction professionnelle et personnelle. Je termine avec cette phrase de Luc Gendron (@aryane) qui dit, ce matin que «L’éducation des enfants doit être une affaire de communauté et non seulement la responsabilité d’un système qui doit s’actualiser».

Bonne continuation à toutes et tous!

Publicités

5 Comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s