Pour Sir Ken, être créatif c’est…

Les technopédagogues convaincus et autres observateurs aussi connaissent Sir Ken Robinson, ce conférencier anglais qui sait charmer son auditoire par sa réflexion juste…

…mais souvent teintée d’humour à la brittiche.

http://ted.com/talks/view/id/66

Pour d’autres, c’est peut-être par ses livres (The Element, notamment) qu’on le connaît.

S’il fallait un mot pour décrire le fil d’Ariane qui anime Sir Ken, je dirais «créativité». Voici quelques faits saillants (en traduction et adaptation libre, à partir de ce billet de Joe Bower) :

«On ‘n’ajoute’ pas la créativité au programme scolaire; c’est plutôt un appel pour des changements radicaux à l’école telle qu’on la connaît. »

  • Chaque individu possède cette capacité naturelle d’être créatif.
  • Ce n’est pas le manque de créativité qui mène à la pauvreté, mais celle-ci inhibe les occasions aux enfants de développer davantage et faire croître leur esprit créatif.
  • On ‘n’ajoute’ pas la créativité au programme scolaire. Ce n’est pas en ajoutant «1 heure de créativité» au régime pédagogique qu’on y arrivera.
  • Lorsqu’on examine sérieusement ce qu’est la créativité, c’est un tout autre modèle d’éducation dont il s’agit et ceci nécessite des changements radicaux sur plusieurs fronts.
  • Si le système d’éducation actuel fonctionnait, il n’y aurait pas lieu de le changer. Mais, selon où vous regardez, on y retrouve des taux de décrochages de 30 à 50%…
  • Le conduit école-à-la-prison grossit. Nous faillissons face à nos enfants bien plus qu’ils faillissent à nous.
  • Faut-il blâmer les enfants lorsque le taux de décrochage est de 30%? C’est un problème de système, pas un problème d’enfants.
  • Miser sur la créativité et l’imagination est probablement la meilleure façon de susciter l’engagement de l’apprenant.
  • Un programme d’études ‘étroit’ (en silo, restrictif, compartimenté…) aide les élèves à réaliser ce en quoi ils sont mauvais (faibles, pas forts…). Un programme d’études ouvert (transdisciplinaire, étendu…) encourage l’engagement et rehausse les normes de réussite.
  • Les examens standardisés caractérisent la culture de l’éducation publique. Une culture de l’évaluation, pas une culture de l’apprentissage
  • Les enfants sont devenus la nourriture de fourrage pour les scores aux examens.
  • Tous les programmes qui réengagent les apprenants dans leur éducation sont de nature personnalisés – On aurait dû faire cela en premier lieu!
  • Le système d’éducation de la Finlande est probablement le meilleur au monde. Leur curriculum est très ouvert.
  • Les normes de réussite de la Finlande sont élevées, pas à cause d’un regard exclusif et à reculons mais justement par l’absence de ce type de regard.
  • Être créatif est une façon de faire tout plus efficacement.

Merci Sir Ken!

Mise à jour 27 octobre – 

« I propose that we institute a 21st century model of education, rooted in 21st century learning skills and creativity, imagination, discovery, and project-based learning. We need to stop telling kids to shut up, sit down, and listen to the teacher passively. As Sir Ken Robinson said in his well-acclaimed TED talk, « Schools kill creativity. » « 

Ce n’est pas moi qui le dit. Plutôt, un jeune de 16 ans, Nikhil Goyal!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s