Une question de confiance avant tout

Source de l’image : Par Gautheron (www.gnu.org/copyleft/fdl.html) (www.creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons)

*********************

L’année 2012 pour les technopédagogues sera riche en discussions, en mise en oeuvre d’initiatives innovantes et en prise de conscience sur l’apport des outils numériques favorisant les apprentissages (autant ceux des étudiants.es que eux des enseignants.es et administrateurs.es). L’un des sujets dont on risque de lire (et de débattre) davantage est celui où l’apprenant.e (qu’il.elle soit étudiant.e, enseignant.e ou administrateur.e — au risque de me répéter –) pourra apporter son appareil numérique (tablette, portable, téléphone intelligent, netbook, etc.) à l’école/collège/université, se connecter au réseau sans fil de l’institution et s’en servir pour apprendre.

L’acronyme anglophone BYOD (« Bring your own device »), un clin d’oeil à celui utilisé pour décrire des soirées sociales BYOB, circule de plus en plus dans les réseaux sociaux (quelques liens intéressants ici), qu’il soit question d’institutions d’enseignement ou d’entreprises privées ou publiques; la réalité de notre société en 2012 commence à rattraper ces milieux qui ont tendance, globalement, à rester à l’arrière du peloton et à dresser ses propres Cités de Troie informatiques.

Ce qui urge, à mon avis, est de partager et disséminer des exemples d’initiatives courantes de BYOD (ou AVAP — «Apportez votre appareil personnel» — en français?). D’abord, Darren Kuropatwa du Manitoba nous offre ce wiki, « How would I plan to teach a BYOD class? », qui présente une série d’exemples d’usages pratico-pratiques en ce sens, i.e. blogues de classe, messagerie de groupe, groupes de discussion et de signets, protocole pour les mots-clé, etc.

Ce matin, mon attention fut attirée par un tweet de François Guité, qui pointe vers le UK Schools Blog qui nous présente l’initiative BYOD à Saltash.net, une école de Cornwall. On y reprend les questions typiques posées par instigateurs et opposants à ce type d’initiative. Je suis resté accroché toutefois à ce passage (en traduction libre) d’Adam Ledger, le gérant de leur réseau informatique (oui, oui, vous avez bien lu : le gérant de réseau informatique!) :

«La confiance est notre point de départ. Faites confiance aux enfants et ils vous ébahiront par leur bon comportement. Ici, nous disons ‘oui’ à tout, en autant qu’ils viennent d’abord nous le demander. Il n’y a eu que 3 ou 4 cas d’usages inappropriés du système, dont un par un membre du personnel. Je suis conscient que nous sommes chanceux avec ces jeunes et que notre système pourrait ne pas fonctionner dans toutes les écoles, mais ça fonctionne ici pour nous. Nous permettons l’accès aux gens avec leur appareil, quel qu’il soit; les gens sont contents. Ils savent que nous pouvons bloquer ou enlever l’accès s’il le faut, mais c’est une question de confiance avant tout. Ils apprécient cette confiance à leur égard et sont heureux de pouvoir apprendre d’une façon qui leur ressemble.»

Comment ceci est-il géré, d’un point de vue plus technique?

«Si vous souhaitez apporter votre appareil personnel, vous passez d’abord nous voir (l’équipe des services informatiques). Nous enregistrons l’adresse MAC, la version du logiciel anti-virus, la marque et le modèle de l’appareil ainsi que son  numéro de série. Nous utilisons ensuite le software de notre réseau sans fil afin de permettre, via une liste d’accès (‘whitelist’), l’accès par l’adresse MAC enregistrée. Il en va de même pour bloquer l’accès, via une liste noire (‘blacklist’), qui fera de même pour toute adresse MAC inconnue du système, ou pour tout appareil qui doit être banni du système. De façon périodique, nous nettoyons les bases de données DHCP. De plus, le bail pour l’adresse IP fournie à un appareil à connexion sans fil est court. Nous voulons que les gens aient une liberté d’accès mais nous voulons également savoir ce qui roule dans notre réseau.»

Aussi simple que cela : on donne un accès sans fil aux appareils connus et on bloque cet accès aux appareils non connus.

Il en revient alors aux enseignants de voir avec les élèves quels en sont les usages qui favoriseront l’apprentissage.

Un autre bel exemple de : Avec la liberté vient la responsabilité. 

Je me sens au 21e siècle quand je lis cela…

**********************

Mise à jour 14h15, 3 janvier : Dans cet article de l’excellente chroniqueuse Audrey Watters, il est question de tendance 2012 pour le BYOD. Merci à Jean-Marie Gilliot pour le lien.

Mise à jour 8h40 (HNA), 4 janvier : Discussion intéressante au sujet d’un acronyme approprié en français. François Bocquet souligne la redondance dans AVAP («votre» et «personnel»). En voulant rester inclusif (divers types d’appareils) et non redondant, je propose AVAN : Apportez votre appareil numérique. Et vous, qu’en pensez-vous?

Advertisements

6 commentaires

  1. Le BYOD est en effet de plus en plus d’actualité. Le défi n’est pas d’apporter l’appareil mais comment en profiter au maximum et réduire son pouvoir de distraction. Dans notre coin de pays, le Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska et la Polyvalente Thomas-Albert de Grand-Sault permettent aux élèves d’apporter leur appareil personnel et le branchement au Web.

  2. Bonjour,

    Huit ans déjà ! 64.000 élèves connectés …

    Le mobile-learning est une réalité : WapEduc s’appuie sur l’exceptionnelle technologie que représente le téléphone portable pour accompagner l’élève, lutter contre l’échec scolaire et contre la fracture numérique. Gratuitement.

    Les besoins des apprenants évoluent, les situations de nomadisme sont fréquentes.
    WapEduc accompagne l’enseignant et l’élève sur le chemin de la réussite.

    WapEduc, « l4Ecole Nomade », le premier environnement de travail mobile pour l’élève, l’étudiant et l’enseignant :

    http://www.wapeduc.mobi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s